Interview de Max Angely

Bonjour, Max Angely !

Pour commencer nous allons présenter ton roman.
Ton One shot « Envol Funeste » est un thriller noir, destiné à un public averti. Il est sorti en numérique le 05 août 2019 et en broché le 15 septembre 2019.
Dans ce roman nous découvrons l’histoire du point de vue d’Amed, un sociopathe. Nous vivons le roman à travers lui et découvrons ses pensées les plus sombres…

1/ Qu’est ce qui t’as poussée à écrire un thriller ?

J’aime frissonner  en lisant, en regardant un film ou une série.  En écrivant « Envol Funeste » j’ai pioché dans mon imagination des situations qui étaient pour moi inconcevables et inconfortables. J’ai eu peu l’occasion de lire un thriller du point de vue du personnage principal. Très souvent l’histoire est racontée par un flic ou une tierce personne qui partage sa vue d’ensemble dans ses propos. Mon 1er objectif a été de commencer par « Je », au présent. On est immédiatement dans le décor, sans fioriture. Chaque paragraphe écrit a été lu et relu en me mettant à la place d’un lecteur qui découvre chaque mot.

2/ En combien de temps as-tu écris « Envol Funeste » ?

Une année, et environ 6 mois de correction.

3/ Pourquoi avoir décidé d’écrire du point de vue d’Amed et non pas de celui des « gentils » ?

Parce que c’était beaucoup plus inconfortable pour moi, donc pour toi Lecteur ! Les mots choisis sont, de ce fait, complètement différents, bruts et dépourvus d’émotion positive, sans jugement ni manipulation. Ce sont les mots d’Amed, tels qu’ils lui viennent. Le lecteur n’a pas d’autre choix que d’être Lui.  Je n’ai pas laissé de place à un intermédiaire entre la lecture et le personnage. Afin  soulager les tensions, les personnages secondaires amènent un peu de légèreté, le temps d’une pause bien méritée 😉

4/ As-tu appréhendé la réaction des lecteurs face à cette découverte ?

Oh que oui ! Du moins, dans un second temps. Car je ne pensais pas un instant qu’Amed puisse un jour être le cauchemar d’autant de lecteurs et lectrices ! Les pages d’écriture défilaient sous mes yeux, et je ne me suis rien interdit car aucun cahier des charges à l’horizon. Ma seule obligation était qu’en me relisant, je ressente quelque chose. Me replonger dans l’esprit torturé d’Amed à chaque début de séance d’écriture était parfois presque « douloureux » et chronophage, mais une fois immergée c’était un réel plaisir (uniquement pour moi car personne ne pouvait m’adresser la parole).
Lorsque le roman a été édité et mis à disposition via les différents canaux, je me suis empressé de le relire et j’ai commencé à avoir quelques sueurs froides ! Je me suis dit « Eh bien ma cocotte ! Tu as voulu jouer et maintenant tu es dans la partie ! Assume ! » Encore aujourd’hui, il m’arrive de m’excuser ou de mettre en garde mon futur lecteur de ce qui pourrait le choquer. C’est encore plus difficile lorsque je le connais personnellement. Je continue de me soigner avec énormément de retours positifs, mon carburant !

5/ Comment est né le personnage d’Amed ?

Avant de commencer à écrire, je me suis intéressé aux biographies des plus grands serials killers américains. Je cherchais à comprendre ces artistes du crime, ce qui avait pu déclencher leur déviance, leur phobie, le cheminement de leurs pensées pour arriver à l’instant  irrévocable. L’être humain est complexe, bourré de contradictions. Mais il y a toujours des raisons, qui diffèrent selon le vécu et la personnalité. Amed est un peu le résultat de l’idée que je m’en suis faite.

6/ Qu’as-tu pensé des retours sur ton roman ?

J’ai été très touché par les nombreux retours de lecteurs/lectrices qui s’en voulaient d’avoir pu « adorer » le roman et le personnage d’Amed, se demandant ce qui pouvait bien clocher chez eux. C’est une critique qui ne s’invente pas et cela me va droit au cœur. Ces remarques vont au-delà de ce que j’avais pu imaginer ! J’ai même été abordée directement par messagerie par des lectrices qui tenaient à partager leurs avis/émotions. Je n’en revenais pas et je n’en reviens toujours pas ! Ces réactions m’aident vraiment beaucoup à continuer d’écrire !

7/ As-tu écris d’autres romans ? Si oui lesquels ?

Oui, « Envol Funeste » est mon second roman. Le premier est d’un genre complétement différent pour tout public, léger et humoristique ; il vient d’être validé par un comité de lecture et est en attente de signature de contrat avec une maison d’édition dont la ligne éditoriale sied mieux au sujet abordé.  

Merci d’avoir répondu à nos questions !

C’est moi ! Au plaisir de partager avec vous

Share this post

There are no comments

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Start typing and press Enter to search

Shopping Cart

Votre panier est vide.