Interview de Melie Sand

Afin de vous faire connaître davantage notre septième auteur, Melie Sand, nous vous avons concocté une interview ! Nous espérons que celle-ci vous donnera envie de découvrir The goose game.

1/ Bonjour Mélie ! Pour commencer cette interview, nous aimerions savoir ce qui a déclenché votre passion pour l’écriture et depuis combien de temps cela dure-t-il ?

Bonjour à tous ! Ma passion pour l’écriture est née en même temps que celle pour la lecture. Dès que j’ai su lire, je ne me suis plus jamais arrêtée. Et bien pour l’écriture, ça a été exactement pareil. J’écris depuis toujours. Des histoires, des articles, des lettres, des devinettes… Et même des tutos (lol), pour mes enfants. Plus sérieusement, c’est le seul moyen que j’ai trouvé pour faire sortir toutes ces idées qui galopent par millier sous mon crâne.

2/ Quels sont vos auteurs et vos livres préférés ?

Mes auteurs préférés sont : Maxime Chattam, Agatha Christie, Harlan Coben, Victor Dixen, Veronica Ross, Stephenie Meyer, Amy Engel, Marissa Meyer… Il y en a trop, je ne peux pas tous les citer. Quant à mes livres préférés, la liste est également trop longue. Tout ce que je peux vous dire, c’est que le premier a été sans conteste : Les 10 petits nègres. Et le dernier… Je dirais : Une semaine 7 lundis de Jessica Brody. Entre les deux, il y a eu plusieurs décennies de coups de coeur et d’émotions. C’est important, les émotions. C’est ce qui nous fait sentir vivants.

3/ Avez-vous des habitudes bien à vous pendant que vous rédigez vos romans ? Si oui, lesquelles ?

Boire des litres de thé (vert et sans sucres) et me goinfrer de chocolats.

4/ Parlez-nous un peu de The goose game . Qu’est-ce qui vous a donné l’idée d’écrire ce roman ? Quels messages souhaitez-vous y faire passer ?

L’idée d’écrire The Goose Game m’est apparue en visionnant un épisode de la série Pretty Little Liars (Les menteuses). Fascinée par la tension narrative de l’histoire et le jeu de manipulation qui s’exerce tout au long des épisodes, j’ai commencé à réfléchir à ce que je pourrais écrire pour tenter de reproduire une telle atmosphère. Une partie de jeu de société avec mes enfants et l’idée était sur la table ! Utiliser le Jeu de l’Oie et le potentiel énorme qu’il représente pour bâtir ma propre version d’un récit à suspense.
Dans ce roman, l’idée qu je souhaite mettre en avant est très simple. La vie est trop précieuse pour devenir seulement le terrain de jeu de la surenchère et de l’exposition médiatique.

5/ Avant d’être éditée chez nous, avez-vous déjà envisager de publier votre roman seule ?

Non, je n’ai jamais envisagé cette possibilité. A mon sens, la publication d’un roman est une histoire de rencontres et de partages. Certes, l’auteur écrit d’abord et avant tout pour lui-même, pour exorciser toutes les histoires qui lui passent par la tête. Mais quand on écrit, on le fait aussi pour les autres, pour proposer quelque chose à quelqu’un. Et c’est à ce titre que je pense, et cela reste très personnel, qu’un éditeur est indispensable dans le processus de publication d’un roman. Lui et son regard expert sont, pour moi, les seuls à pouvoir juger de l’intérêt d’une proposition pour le public qu’il représente. A quoi bon publier un roman, s’il n’est pas lu ? S’il ne trouve pas son lectorat ? Et puis sans compter qu’il très difficile pour un auteur seul de faire connaître et reconnaître son œuvre sans un label reconnu de tous.

6/ Quels conseils donneriez-vous à des auteurs en herbe ?

Les seuls conseils que je pourrais donner à de jeunes écrivains seraient ceux-ci : croyez en vous, c’est primordial, ne lâchez jamais rien, le reste n’est qu’une question de travail, de modes et de coups de pouce du destin.

7/ Pourquoi avez-vous choisi le titre The goose game ? Que se cache-t-il derrière (sans spoilers !) ?

Pourquoi ce titre ? Parce qu’il correspond parfaitement à l’histoire. Il donne le ton tout en préservant le mystère. Et en anglais, ça le fait tout de suite mieux ! Je voulais quelque chose dans l’esprit de King’s Game de Nobuaki Kanazawa dont mon roman se rapproche un peu.

8/ Comment vous est venue l’idée d’éditer votre histoire ?

Ce sont mes enfants qui les premiers m’ont poussée à envoyer mes livres vers les maisons d’édition. Et à force d’insistance… Voilà !

9/ Quel est votre personnage préféré dans votre roman ?

The Goose Game. Après tout, n’est-ce pas lui le maître du jeu ?

10/ Un petit mot pour la fin ?

Je remercie d’ores et déjà les éditions heartless qui me donnent aujourd’hui la chance de faire vivre cette histoire ailleurs qu’à l’intérieur de ma clé USB. Je tiens aussi à remercier sincèrement tous les lecteurs qui prendront le temps de découvrir ma plume, mon récit et tout l’univers que j’ai voulu créer pour le faire voyager.

Share this post

There are no comments

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Start typing and press Enter to search

Shopping Cart

Votre panier est vide.