Interview de Vivienne Taylor

Afin de vous faire connaître davantage notre nouvelle auteure, Vivienne Taylor, nous vous avons concocté une interview ! Nous espérons que celle-ci vous donnera envie de découvrir sa saga « Blackwood »

1/ Bonjour Vivienne ! Pour débuter cette interview, nous allons commencer par le début. Qu’est-ce qui a déclenché votre passion pour l’écriture et depuis combien de temps cela dure-t-il ?


Bonjour ! Ma passion pour l’écriture s’est manifestée dans ma vie quand j’avais onze ou douze ans. Je pense que j’avais besoin de m’exprimer et de créer : l’écriture est devenu ma manière de le faire. Mes débuts dans l’écriture ont été laborieux, j’avais envie de me démarquer mais je n’arrivais pas non plus à me détacher de ce que je lisais. C’est au fil des histoires et des années que j’ai réussi à m’émanciper de mes lectures pour écrire des histoires qui me sont propres avec un style littéraire qui est le mien.

2/ Quels sont vos auteurs et vos livres préférés ?


Pour me plaire, un livre doit me transporter par son histoire. J’aime beaucoup l’univers développé par Cassandra Clare par exemple. Mais j’aime également Claudine à l’école de Colette. Beaucoup d’autres romans ou auteurs ont su me transporter mais la liste est longue et je ne saurais pas lesquels citer.

3/ Avez-vous des habitudes bien à vous pendant que vous rédigez vos romans ? Si oui, lesquelles ?


J’aime écrire dans un environnement vivant, comme dans un café par exemple. J’aime avoir conscience de l’agitation ambiante tout en écoutant de la musique qui me met dans ma bulle. Généralement, il s’agit d’une chanson qui tourne en boucle ou une playlist de quatre ou cinq chansons maximum.

4/ Parlez-nous un peu de Blackwood. Qu’est-ce qui vous a donné l’idée d’écrire ce récit ? Quels messages souhaitez-vous y faire passer ?


Blackwood a connu beaucoup de formes. L’histoire originale mettait par exemple en scène des adolescents et les personnages de Jonathan Weiss et de Douce-Abélie n’existaient pas. L’idée de l’histoire de Blackwood a dû surgir quand j’avais treize ans et les personnages étaient des copies de personnes que je pouvais connaître. Les personnages se sont émancipés de la réalité dans l’année qui a suivie, Kaydence Walker a été la première à naître. Après plusieurs réécritures, des personnages sont nés et ont grandi, les influences pour créer l’univers mythologique de Blackwood se sont diversifiées. Quant à la Forêt, c’est une bonne question !
Mon but est de raconter une histoire mais j’ai voulu, avec Blackwood, détruire la tendance du manichéisme dans les oeuvres fantastiques et faire de mes personnages des êtres qui ne sont pas bons ou mauvais. J’ai voulu les créer à partir de nuances. Ils ont leurs faiblesses, ils peuvent se tromper et en payer les conséquences. C’était important pour moi de les construire ainsi parce que j’ai été souvent, au fil de mes lectures de romans fantastiques, agacée par le fait que le héros ait toujours raison et que ses actions n’aient sur lui que peu de conséquences, voire aucune.

5/ Avant d’être éditée chez nous, avez-vous déjà publié votre roman ? Si c’est le cas, partagez-nous votre expérience.


Le premier tome de Blackwood a été publié un certain temps sur internet sur un site d’échange entre auteurs et lecteurs et même s’il n’a pas eu beaucoup de visibilité, l’échange avec les lecteurs a été très enrichissant pour améliorer au mieux l’histoire.

6/ Quels conseils donneriez-vous à des auteurs en herbe ?


L’important est de prendre le temps de se trouver. Au début, les influences de ce que l’on a pu lire sont nombreuses et il faut se laisser le temps pour s’en éloigner. Comme pour le dessin, il faut s’entraîner, essayer de nouvelles choses, recommencer, pour que le style d’écriture se détermine et s’affirme.
Être content de ce que l’on écrit est primordial également. Il ne faut pas avoir peur de demander un avis extérieur sur les textes que l’on écrit, toute remarque, positive comme négative, peut permettre à un auteur de s’améliorer.

7/ Pourquoi avez-vous choisi le titre Blackwood ? Que se cache-t-il derrière (sans spoilers !) ?


Je ne suis pas douée pour trouver des titres à mes histoires. Mes titres sont donc généralement simples et logiques. Blackwood s’appelle ainsi parce que l’histoire se passe majoritairement dans la ville de Blackwood.

8/ Comment vous est venue l’idée d’éditer votre histoire ?


Être éditée est un rêve. Je suis heureuse qu’il se concrétise aussi tôt dans ma vie !

9/ Quel est votre personnage préféré dans votre premier tome ?


C’est difficile à dire… Je vais choisir Kaydence parce que j’ai beaucoup aimé l’écrire.

10/ Un petit mot pour la fin ?


Merci aux Editions Heartless de m’accueillir et j’espère que Blackwood vous plaira !

Share this post

There are no comments

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Start typing and press Enter to search

Shopping Cart

Votre panier est vide.